MUSIQUE :

Renaud Paradis nous parle de la pièce “Adieu Monsieur Haffmann”

10 septembre 2021 | Par Myriam Arpin

235046419_10159017129202928_2657717219154386345_n

(Myriam ArpinLa pièce de théâtre « Adieu monsieur Haffman”, initialement prévue à la saison 2020-2021, n’avait pu être présentée devant public qu’à deux occasions, les 29 et 30 septembre 2020, avant que le Théâtre du Rideau Vert ne doive à nouveau fermer ses portes en raison de la pandémie.

Qu’à cela ne tienne! Le Rideau Vert nous accueille à nouveau et ouvre sa saison théâtrale avec cette œuvre de Jean-Philippe Daguerre dans une mise en scène de Denise Filiatrault. La pièce est à l’affiche jusqu’au 16 octobre 2021.

Ariel Ifergan, Julie Daoust, Renaud Paradis et Linda Sorgini sont de retour sur scène en compagnie de Roger La Rue qui succède à Laurent Lucas.

Vous voulez en savoir davantage? Écoutez mon entrevue avec Renaud Paradis, à POP ET ROCK :

 

@Karine Lévesque

@Karine Lévesque

Mes commentaires:

J’étais à la première médiatique, le 9 septembre dernier. C’est l’une des meilleures pièces que j’ai vue depuis longtemps… Même si l’histoire se déroule en 1940, à Paris, pendant l’une des périodes les plus sombres de l’humanité, nous pensons sans cesse à ce que nous sommes en train de vivre depuis le mois de mars 2020. L’espoir et le courage sont au cœur de cette histoire. On comprend l’importance de ne jamais abandonner dans la vie, jusqu’à la dernière seconde…

Personnellement, j’ai eu la chance de rencontrer rapidement madame Filiatrault, radieuse, quelques minutes avant le début de la pièce. La passion qui se dégage de cette femme, et le bonheur de la voir dans son élément, au théâtre, c’était beau à voir. Je n’ai pas pu m’empêcher de lui demander une photo.

À la suite de cette soirée, je dis chapeau à toute l’équipe, merci à madame Filiatrault et au Théâtre du Rideau Vert pour l’invitation.

À propos:

Contexte historique et réalisme de la pièce : Entre 1940 et 1944, la Ville de Paris est occupée par les Allemands. Rapidement, les Allemands mettent en place de plus en plus de mesures afin de dépouiller les Français de confession juive propriétaires d’entreprises ou de commerces. Trois semaines après l’entrée des troupes allemandes dans Paris, l’ambassadeur allemand Otto Abetz donne à la Gestapo une liste regroupant les plus importants marchands d’art juifs, qui seront tous perquisitionnés. Adieu Monsieur Haffmann nous plonge au début de l’Occupation. Joseph Haffmann a réussi à faire quitter sa famille vers la Suisse, mais entre le boycott des commerces juifs et la période de guerre qui n’est pas propice aux achats de luxe, c’est la catastrophe pour la bijouterie. M. Haffmann propose donc à son assistant Pierre Vigneau, avec qui il travaille depuis 10 ans et qui est un Français catholique, de lui céder son commerce. Pierre accepte d’emménager avec sa femme dans les appartements au-dessus de la bijouterie, en échange d’un service plutôt singulier de la part de Joseph Haffmann, tandis que ce-dernier entre en clandestinité et doit se cacher à la cave. Les Vigneau risquent ainsi leur vie, eux aussi, en protégeant et en cachant un Juif. D’ailleurs, les personnages d’Otto Abetz, l’ambassadeur d’Allemagne en France, et de sa femme ont bel et bien existé et ont réellement été à la recherche d’œuvres d’art appartenant à des Juifs

Retour
MENU