MUSIQUE :

Partagez

Jacques Larivière de retour avec le Mission!

10 juin 2006 | Par Équipe CJSO

Sorel-Tracy – Le Mission de Sorel-Tracy de la Ligue nord-américaine est très fier d’annoncer la venue de Jacques Larivière Junior, pour la saison 2006-2007. Il a apposé sa signature au bas du contrat, suite à une rencontre qu’il a qualifié de fort plaisante, avec tout le personnel de recrutement du Mission.

Le colosse de 6’3 ?’ et 220 livres revient de très loin. Celui qui devait représenter la fierté de Sorel dans la Ligue Nationale après Pierre Mondou, n’a jamais été capable de joindre le plus grand circuit du monde. Après une saison de rêve avec l’Océanic de Rimouski, ou il a participé fièrement à la conquête de la Coupe Memorial, Larivière a flirté avec les cotés sombres du hockey. Il a tout d’abord traîné son baluchon dans les circuits mineurs nord-américains, avant d’aboutir à Sorel, avec les Royaux en 2003. C’est à ce moment qu’il a atteint le fond du baril. « Plus rien n’allait pour moi. J’étais attendu comme le sauveur du coin sauf que je n’avais plus de moral du tout. J’ai sombré. Les gens de la région savent à peu près tout sur ma vie et mes frasques, » explique-t-il.

C’est à ce moment que Larivière a repris sa vie en main. « Puisque mes rêves du hockey étaient terminés, j’ai pris une année et demie sabbatique. J’ai reconnecté avec la réalité. J’ai appris à travailler 40 heures comme tout le monde. Ca m’a vraiment fait du bien, » précise-t-il.

Puis Larivière a renoué avec son sport qu’il aimait tant, lorsque Dean Lygitsakos lui a fait signe. « C’est un bon copain à moi. Il m’a alors invité à venir jouer à Louiseville dans le AA. J’étais nerveux aux premiers coups de patin, mais ca s’est bien passé. La chambre, les joueurs, l’action, tout cela me manquait énormément. »

Jacques Larivière avoue d’emblée qu’il aurait suivi son copain à Trois-Rivières, sauf que ses droits appartenaient au Mission. « Honnêtement, j’étais craintif de les rencontrer mais finalement, tout s’est bien passé. Le Mission est une excellente organisation. Je n’avais jamais remis les pieds au Colisée jusqu’à tout récemment contre Sherbrooke. C’était très professionnel comme organisation. Et pour tout dire, je retourne à Sorel parce que j’ai une dette morale envers les Sorelois. Ce n’est pas le vrai Jacques Larivière qu’ils ont vu il y a trois ans, » s’est-il empressé d’ajouter.

Pour le DG Jean Cournoyer, l’arrivée de Larivière vient solidifier le régiment de soutien du Mission. « On veut qu’il joue le même rôle qui lui était confié à Rimouski. On a l’intention de lui confier rien de moins qu’un poste au sein du troisième trio. Dans le passé, il a prouvé qu’il pouvait fort bien remplir cette tache. C’est un bon bagarreur, mais on n’attend pas seulement cela de lui. On veut qu’il passe plus de temps sur la patinoire à déranger l’adversaire qu’à mettre sa main dans un seau de glace, » a-t-il mentionné. De son coté, Larivière abondait dans le même sens. « Je me suis toujours senti à l’aise dans un rôle de plombier de luxe, » a-t-il ajouté.

Un peu comme les Francis Bélanger, David St-Pierre, Christian Sbrocca, Dominic Maltais ou Steven Low, les partisans devront être patients avec Larivière. Il n’a d’objectif que les séries éliminatoires et la Coupe Futura. « Mon intensité augmente à mesure que les séries approchent. Pendant la vraie saison, je vous promets d’y aller avec mon 200%, » affirme-t-il.
Un autre ex-Dragon signe

Par ailleurs, le Mission a annoncé ce matin, qu’il a aussi mis sous contrat, le rapide patineur Sénèque Hyacinthe. Originaire de Montréal, ce dernier est un véritable marchand de vitesse. Au niveau midget AAA, il était rien de moins que la locomotive de Mike Ribeiro. Hyacinthe peut également se débrouiller fort bien dans le trafic lourd, et distribuer de percutantes mises en échec. Il vient donc rejoindre ses anciens coéquipiers, Eric Doucet et Shawn Mamane, qui avaient déjà conclu une entente avec le club sorelois, plus tot la semaine dernière.

Source : Jean A. Doyon

Retour
MENU