MUSIQUE :

Le seul parti qui porte les demandes du Québec, c’est nous !

18 septembre 2019 | Par Source externe

Tout comme le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, Louis Plamondon, candidat dans Bécancour – Nicolet – Saurel,  a positivement reçu la liste de demandes du premier ministre du Québec, François Legault, et compte défendre chacune d’entre elles.

« Le Québec, c’est nous. C’est donc normal et évident que le Bloc Québécois se reconnaît dans les demandes du Québec. Cette liste ressemble en tous points à notre plateforme électorale et est composée de requêtes du Québec que nous soutenons parfois même depuis la fondation de notre parti. Le premier ministre Legault pourra compter sur l’appui inconditionnel du Bloc Québécois à ces sept demandes », a déclaré Luis Plamondon.

L’immigration

À l’évidence, le Bloc Québécois soutient le gouvernement du Québec. Nous revendiquons que le Québec puisse décider seul du nombre de nouveaux arrivants qu’il accueille dans toutes les catégories. Nous avons déjà pris position pour que le Québec puisse poser des conditions avant d’accorder la résidence permanente, comme c’était le cas avant l’arrivée au pouvoir des libéraux. Nous appuyons sans réserve le transfert du programme de travailleurs étrangers temporaires au Québec, d’autant plus que la gestion catastrophique des dossiers à Ottawa entraîne des inquiétudes et des pertes financières pour les entreprises québécoises.

Laïcité de l’État

Le Bloc va promouvoir et défendre la laïcité de l’État, un choix progressiste, démocratique et légitime de la société québécoise. Le Bloc Québécois demande aux chefs de partis fédéraux de cesser leurs faux-fuyants et de clairement s’engager à ne pas participer, directement ou indirectement, à quelque contestation de la loi 21 que ce soit.

L’application de la Charte de la langue française pour les entreprises fédérales

Le Bloc Québécois réclame l’application de la loi 101 aux entreprises sous juridiction fédérale depuis 12 ans. Nous avons déposé un projet de loi en ce sens en 2007. Nous en avons redéposé un, le projet de loi C-420, en 2018. Nous allons poursuivre notre travail au cours du prochain mandat.

Une déclaration de revenus unique administrée par le Québec

C’est une demande de longue date du Bloc qui ferait économiser aux citoyens et aux entreprises temps et argent. Les libéraux et le NPD trompent la population avec leurs menaces de pertes d’emplois. Nous avons déposé le projet de loi C-442 pour lancer le processus de transfert de la déclaration de revenus fédérale à Québec en avril 2019.

L’encadrement du pouvoir fédéral de dépenser

Le Bloc Québécois demande systématiquement, depuis sa fondation, un droit de retrait inconditionnel avec pleine compensation pour le Québec dans toutes les initiatives fédérales intervenant dans les champs de compétence du Québec. Nous appuyons la conclusion d’une entente intergouvernementale rendant automatique ce droit de retrait.

Augmentation de la contribution fédérale en matière de santé et de programmes sociaux

Le désinvestissement progressif du fédéral en santé et en programmes sociaux menace la qualité des soins et des services que le Québec offre à la population et rend son avenir financier incertain. Le Bloc Québécois fait de l’augmentation du Transfert canadien en santé et du Transfert canadien en matière de programmes sociaux depuis 1996. Nous appuyons déjà sans réserve les cibles du gouvernement du Québec et ses échéanciers.

Une autonomie et des responsabilités accrues en matière de changements climatiques et d’environnement

Le Bloc Québécois a déposé dans le dernier mandat le projet de loi C-392 pour obliger Ottawa à respecter les lois du Québec et les règlements municipaux en matière d’environnement et d’aménagement du territoire lorsque le fédéral intervient au Québec, même dans ses champs de compétence. Nous nous sommes déjà engagés à redéposer ce projet de loi, qui répond entièrement à la demande du gouvernement du Québec. Nous ne reconnaissons également pas au fédéral un droit de regard sur le système de prix du carbone au Québec. Notre proposition de péréquation verte vient garantir que la taxe carbone fédérale ne viendra jamais interférer avec le marché d’échange québécois.

Retour
MENU