MUSIQUE :

« Printemps silencieux »

22 décembre 2020 | Par internautes

Nicklaus Davey

En ces temps de pandémie, plusieurs citoyens de la région ont redécouvert leurs espaces verts, les parcs ou les boisés dont plusieurs cachent des petits sentiers informels invitant les marcheurs.

Il y a le Parc régional des grèves, mais on compte aussi Maisouna et, de façon un peu plus discrète, les boisés non protégés le long de la ligne électrique dans l’ancien St-Pierre-de-Sorel à l’arrière du Parc Réal-Lemieux ou, encore, le boisé derrière Angoulème à Tracy le long de l’autoroute 30 jusqu’au Golf des dunes.

Je ne crois pas que les gens aient réellement conscience de la richesse et de la valeur de ces espaces alors que ceux-ci risquent de disparaître pour étaler encore un peu plus la trame urbanisée de Sorel-Tracy. Des maisons unifamiliales rapportant peu de revenus de taxation vont tranquillement prendre place.

Bref, Sorel-Tracy en fait, à mon avis, trop peu en matière de conservation de la nature et c’est maintenant qu’il faut y penser pour les générations futures. On nous redira qu’on a protégé le peuplement de peupliers deltoïdes au pied du pont Maurice-Martel du côté de Sorel, mais ce geste louable date de plus de 10 ans et rien d’autre de significatif n’a été fait depuis pour ajouter à la zone de conservation.

L’abandon de l’Agenda 21 fait encore mal à la région et je fais le souhait que certains conseillers municipaux ayant une sensibilité environnementale, j’en connais au moins deux, Mme Ouellet et M. Péloquin, prennent le bâton du pèlerin et portent avec eux des actions concrètes pour préserver et conserver l’environnement qu’il nous reste. Dans le contexte de crise climatique, chaque geste compte.

NICKLAUS DAVEY

Le titre Printemps silencieux réfère à l’ouvrage Silent Spring de Rachel Carson (1962), livre fondateur du mouvement écologiste.

Retour
MENU