MUSIQUE :

Partagez

Une infirmière de Sorel-Tracy suspendue après avoir refusé un temps supplémentaire obligatoire

7 février 2018 | Par Katy Desrosiers

hopital hotel dieu

Au cours des derniers jours, Johanne Leclerc, infirmière auxiliaire au département de chirurgie de l’Hôtel-Dieu de Sorel, a dénoncé avoir été suspendue en raison d’un refus d’effectuer du temps supplémentaire obligatoire imposé par son employeur.

Selon elle, son équipe a dû travailler avec une fille de moins sur le plancher, ce qui deviendrait une routine depuis quelques temps. Elle raconte qu’elle vient de terminer sa première nuit de travail de la semaine et qu’elle est convoquée par son chef de service. Le 26 janvier dernier, la femme a refusé de faire un TSO après avoir travaillé la nuit, jugeant qu’elle n’était plus apte à continuer. Elle affirme qu’on n’a pas écouté ses raisons, qu’on l’a obligé à rester. Elle a tout de même quitté son lieu de travail.

Suite à cet événement, l’infirmière auxiliaire a été suspendue une journée sans solde. Elle dit avoir été menacée d’une gradation de sanction si la situation se reproduisait.

La dame explique que le manque de personnel se fait sentir, mais condamne aussi une mauvaise gestion du centre.

Elle termine sa publication sur les réseaux sociaux en affirmant qu’elle pense à ses collègues qui devront travailler encore en moins et à celle qui devra rester pour la nuit pour pouvoir remplacer sa suspension.

Vous pouvez voir l’intégralité de sa publication sur sa page Facebook.

Catherine Latendresse, du CISSS de la Montérégie-Est, nous a expliqué que le gestionnaire en poste avait demandé à l’infirmière de demeurer pour effectuer un temps supplémentaire obligatoire, ce que l’employée a refusé. Par la suite, le gestionnaire lui a demandé de rester seulement le temps de trouver une personne dans le bâtiment pour prendre sa place, pour qu’elle puisse quitter. La femme a quitté tout de même son lieu de travail. Selon Mme Latendresse, le code de déontologie des infirmières indique que celles-ci sont dans l’obligation de demeurer sur leur département tant qu’un autre personne ne les remplace pas, pour s’assurer de la sécurité des patients. La mesure disciplinaire aurait été appliquée pour ce second refus, et non pour celui d’effectuer le temps supplémentaire obligatoire.

Catherine Latendresse affirme que le nombre de TSO est limité sur le département de chirurgie de l’Hôtel-Dieu. Elle note trois TSO en 2017 et deux en 2016.

 

 

Retour
MENU