MUSIQUE :

Halte au gaspillage des taxes municipales à Sorel-Tracy – Claude Himbeault

1 juillet 2021 | Par internautes

ClaudeHImbeaultLettreOuverte

Récemment, je soulevais dans les médias locaux, deux problèmes majeurs de gouvernance au sein de la ville de Sorel-Tracy à la veille des élections municipales. Le premier concernant la légitimité du maire sortant à prendre des décisions engageant notre ville pour plusieurs années. Le second, plus spécifique, concernait les engagements de Sorel-Tracy à long terme, notamment au niveau financier, avec le groupe GIB, en cette période de fin d’épidémie où le nombre et l’ampleur des incertitudes sont inquiétants.

Or, nous apprenons que la ville de Sorel-Tracy en matière de festivités estivales en rajoute une couche. Loin de moi l’idée de vouloir que Sorel-Tracy devienne une ville où l’on « roule les trottoirs » le soir venu. Mais d’un autre côté, trop, c’est comme pas assez ; le fond des poches des contribuables ne doit pas servir à la promotion électorale de quiconque.

Ainsi, comme la Fête Nationale a été annulée cette année, Sorel-Tracy par le biais de la Corporation des événements Sorel-Tracy tiendra : « en remplacement, plusieurs petits événements qui débuteront le samedi 26 juin et qui se poursuivront durant tout le mois de juillet sur le quai Catherine-Legardeur », le tout naturellement financé avec l’argent de nos taxes.

Ce qui amène deux réflexions concernant cette initiative. La première, c’est que le GIB Fest, aussi financé en grande partie avec l’argent de nos taxes, tiendra au même moment dans le centre-ville, des activités de même nature que celles précédemment mentionnées. Ne sommes-nous pas en train de nous piler sur les pieds et de nous torpiller mutuellement, en multipliant des événements similaires, pour un public qui ne doublera pas avec le dédoublement de toutes ces activités ?

N’aurait-il pas été plus approprié en termes de gestion des fonds publics, de mettre cet argent ailleurs ? Que pensent les restaurateurs du centre-ville de cette autre initiative, à laquelle participe la Chambre de commerce et d’industrie de Sorel-Tracy, et qui drainent des clients potentiels hors de la périphérie de leur commerce, pour lesquels ils payent des taxes d’affaires ?

Ma seconde réflexion concerne la gouvernance de toutes ces activités estivales de type festives financées avec l’argent de nos taxes. En les identifiant, nous ne pouvons que constater une multiplication ahurissante des organismes impliqués.

Ainsi, sur le quai Catherine-Legardeur, nous subventionnons le Regroupement indépendant pour la relance économique de la région de Sorel-Tracy (le RIRÉRST) qui s’occupe principalement de Statera et des croisières. Subvention de 300 000 $ en 2021 plus une garantie de cautionnement sur marge de crédit maximale de 4 255 000 $. Puisque le RIRÉRST, financé en grande partie par des fonds publics, se refuse à publier ses états financiers, j’estime présentement le déficit de Statera à 4 M$ (108 000$ d’intérêts annuellement au taux de 2,7%).

En cas de faillite de Statera en 2021, la dette de Sorel-Tracy augmentera automatiquement d’un montant équivalent c.-à-d. 457 $ (après impôt) pour une famille de 4 personnes ou l’équivalent d’une paie hebdomadaire pour quelqu’un gagnant 15 $/heure.

Il y a aussi la Corporation des événements Sorel-Tracy (ci-haut mentionnée et créée en 2019) qui fait dans l’événementiel. Le financement public de cet organisme est inconnu. Selon le Registre des entreprises du Québec, sa principale activité est : « Organisations civiques et amicales ». On voit mal en général la pertinence de cet OBNL; particulièrement dans le cadre des activités du quai Catherine-Legardeur.

Il y a le groupe GIB devenu tentaculaire, dont le GIB Fest dans l’événementiel, lequel intervient dans le centre-ville de Sorel-Tracy et sur le quai Catherine-Legardeur avec le GIB Régates. Lequel doit se tenir à la fin de l’été 2021, mais dont on ignore pour l’instant, tant le programme que la provenance des participants, dont certains devraient provenir des États-Unis. Nous contribuables, lui attribuons 2,1 M$ pour la période 2021-2025.

Il y a la Chambre de commerce et d’industrie de Sorel-Tracy dont on se demande bien quel est le lien entre sa mission de base qui est principalement d’être « … l’ardent défenseur des intérêts de ses membres au chapitre des politiques publiques… » et son implication notamment, dans les rendez-vous de voitures antiques et classiques. Nous donnons directement 5 000 $ à la CCIST et 21 000 $ par le biais de la MRC Pierre-De Saurel.

Il y a l’Office de tourisme de Sorel-Tracy financé en grande partie par nos taxes et qui intervient partout à différents titres. Part de Sorel-Tracy dans son financement : 146 000 $ (estimation).

Il y a le service des Loisirs de Sorel-Tracy qui a aussi son mot à dire dans tout ce méli-mélo estival. On ignore la nature de son rôle et de sa contribution, en surplus de l’appui financier de la ville. Budget Loisir et Culture (2021) : 16,7 M$ sur un budget total de 65,7 M$.

Le tableau ne saurait être complet sans mentionner la Société historique Pierre-de-Saurel (70 000 $) qui est présente dans le centre-ville en organisant des visites touristiques, ainsi que le Biophare (contribution de Sorel-Tracy inconnu). Notons que le Biophare offre un service de visite en bateau comme Statera.

Tous ces organismes sont dotés d’un conseil d’administration et de structures administratives qu’il faut payer comme contribuables et donc, de dirigeants et d’employés rémunérés qui il faut le dire, sont dédiés 100 % à leur mission et à leurs tâches. Mais d’un autre côté, sommes-nous assez riches à Sorel-Tracy pour multiplier les directeurs généraux de tous ces organismes, les loyers des locaux afférents y incluant les photocopieurs, fournitures de bureau, etc.

Il est donc devenu urgent de revoir la gouvernance de tous ces organismes financés avec l’argent de nos taxes et qui œuvrent dans l’événementiel et le tourisme, dans l’axe du quai Catherine-Legardeur et du centre-ville de Sorel-Tracy. Cependant, on ne peut demander à la présente administration municipale de Sorel-Tracy de dompter la bête, elle qui a grandement contribué à laisser ce monstre administratif grossir, pour favoriser l’illusion d’un Sorel-Tracy en mouvement.

Dans ce contexte, ce ménage c.-à-d. cet exercice de bonne gestion et de rationalisation au service des contribuables de Sorel-Tracy devra attendre la venue le 7 novembre 2021, d’une administration municipale renouvelée. Une équipe qui je l’espère, sera composée de gestionnaires professionnels et d’expérience aptes à remettre de la rigueur dans la gestion de Sorel-Tracy et plus particulièrement au niveau de la gouvernance des organismes ci-haut mentionnés.

Claude Himbeault
Citoyen engagé et respectueux de la démocratie
Ex-membre du conseil d’administration du Festival de la gibelotte de Sorel-Tracy

Retour
MENU