MUSIQUE :

Exit les sièges sociaux et appauvrissement des Cadres Retraités de QIT/QMP

24 février 2021 | Par internautes

RioTintoFerEtTitane

En 2006, la maison-mère anglaise Rio Tinto (RT) a transféré le siège social de QIT-Fer et Titane inc. du Québec à Londres en Angleterre. Par la suite, en 2013, RT a éliminé les postes de CEO et de Président. Pour prendre le contrôle total de l’entreprise, les nominations des postes de commande proviennent maintenant de cadres extérieurs de QIT/QMP, appelée maintenant Rio Tinto Fer et Titane (RTFT). Autrefois, les futurs dirigeants étaient formés dans l’entreprise et avaient une connaissance de la culture de celle-ci et des employés. Durant plus de 38 années, jusqu’en 2011, ces dirigeants, formés de l’interne, ont partiellement indexé, sur une base ad hoc (volontaire), les pensions de retraite versées aux retraités, protégeant ainsi le pouvoir d’achat de ses bâtisseurs dont ils reconnaissaient l’apport important à la continuité des opérations.

Depuis sa création en 1950, QIT-Fer et titane a contrôlé son développement et sa prépondérance dans son marché en investissant dans sa croissance : 1976, nouvelle usine en Afrique du sud, et à son complexe de Sorel Tracy : un centre de recherche, une usine de poudres Métalliques (PMQ) en 1968, une usine de billettes d’acier en 1986, une usine UGS en 1996 et une mine à Madagascar avec traitement de ce minerai aux installations de Sorel-Tracy en 2006.

Mais voilà que les déboires s’abattent sur Rio Tinto : en 2007 achat d’Alcan pour 38 Milliards (dévalué de 20 Milliards en 2012-13) et crise financière en 2009 forçant l’arrêt des opérations pour 8 semaines à Sorel-Tracy. On demande à QIT de contribuer au redressement financier de RT par l’entremise d’un nouveau président venu d’Alcan et des officiers exécutifs de Londres sans aucun ADN de l’entreprise pour protéger ses acquis.

Le redressement se fera pour satisfaire les actionnaires et les dirigeants de Londres, sans tenir compte de la stratégie de QIT. Pendant 38 ans, l’entreprise avait indexé partiellement les revenus de pension de ses bâtisseurs. Cette marque de considération envers les retraités est maintenant vue comme une dépense qui n’ajoute pas de valeur à l’entreprise, ce qui a justifié son gel depuis 2011. Pourtant la croissance de QIT est autant tributaire de ses bâtisseurs que de ceux qui lui ont fourni le capital. QIT qui était bien établie dans son milieu et son marché, est devenue à cause de son déplacement de siège social, une succursale à profits et dividendes pour les actionnaires.

Les cadres retraités ont perdu depuis 2011, 10% de la valeur de leur rente annuelle. Pendant cette période, la valeur de l’action de RT a doublé, passant de 30 livres sterling à près de 60 en 2021. D’ailleurs, le 17 février dernier, RT vient de déclarer le plus gros dividende de son histoire. Cependant, la solvabilité du régime de retraite de RTFT est au minimum exigé par la loi, mais insuffisant, advenant que RTFT cesse ses opérations. C’est une source d’inquiétudes que les retraités partagent : ils se souviennent de 2005, lorsque Les Aciers Atlas Steel ont fermé leurs portes : les employés ont perdu entre 28% et 48% de leur pension. Bien triste constat en cette année de 70ième anniversaire de RTFT!

Serge Bergeron, retraité de 2013 qui a perdu depuis le départ du siège social 10% de pouvoir d’achat, au profit des actionnaires

Retour
MENU