MUSIQUE :

Partagez

Décisions du CISSSME préjudiciables à l’Hôtel-Dieu : Serge Péloquin persiste et signe

17 mai 2019 | Par Sylvain Rochon

6046D7A3-ACC0-4490-B734-27CAAC2A6300

Dans un communiqué publié ce midi, le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, maintient ses griefs à l’endroit de la direction du CISSS de la Montérégie-Est.

” Deux acteurs importants de notre système de santé ont réagi à la sortie médiatique du 15 mai alors que les 12 maires de notre région se sont levés pour l’accès local des soins de santé à l’Hôtel-Dieu de Sorel. Je parle de  Louise Potvin, présidente-directrice générale du CISSS Montérégie-Est (CISSSME) et de Claude Himbeault, président du Comité des usagers du Réseau local de santé Pierre-De Saurel. Je suis toujours aussi fâché que je l’étais lors de la sortie des maires du 15 mai. Et il est clair que la population de notre région l’est autant que moi. J’imagine que personne ne croyait que madame Potvin accéderait à nos demandes aussi rapidement ” affirme monsieur Péloquin.

 ” Madame  Potvin nie en bloc nos allégations à l’effet que la direction du CISSSME empêche l’Hôtel-Dieu de Sorel d’obtenir les équipements médicaux nécessaires afin de nuire au recrutement de médecins spécialistes.  Madame  Potvin a la mémoire courte, poursuit le maire. C’est exactement ce que sa direction a fait en 2017, en faisant tout pour empêcher la population de la région de Sorel-Tracy d’obtenir le bronchoscope EBUS qu’elle s’était elle-même payée à travers la Fondation de son hôpital. Grâce à cet équipement, l’Hôtel-Dieu de Sorel a pu recruter deux pneumologues, ce qui fait que nous avons maintenant trois pneumologues pour les usagers de notre hôpital. Nous persistons et affirmons  que l’accès local aux autres spécialités comme la pédiatrie, la cardiologie, la radiologie et autres spécialités sont menacées à notre hôpital. “

Le maire de Sorel-Tracy affirme, par ailleurs, qu’en questionnant sa sortie, le président du comité des usagers, Claude Himbeault, se fait le porte-parole du CISSS plutôt que des usagers dont il doit défendre les droits. ” Il doit démissionner sur-le-champ ” déclare Serge Péloquin.

Retour
MENU