MUSIQUE :

Ce que nous attendons de Serge Péloquin. – Jocelyn Daneau

13 septembre 2021 | Par internautes

JocelynDaneau

Je me souviens, c’était une autre époque, d’un suave appel téléphonique de monsieur le maire sortant : « Bonjour Jocelyn, c’est Serge Péloquin, ton maire ». Comme si j’étais sa chose. Ce n’est pas surprenant, l’homme semble souvent croire que Sorel-Tracy lui appartient.

 

C’est comme ça ! Ainsi, en rupture du ton de l’appel précédent, notre maire sortant vient enfin de nous donner une « preuve de vie » en ce 10 septembre et donc, la campagne électorale municipale 2021 est officieusement commencée ; avant sa date officielle du 17 septembre 2021.

 

Il n’y a pas à dire, les électeurs auront le choix (pour l’instant) entre deux personnalités et deux styles de leadership complètement opposés avec des façons de faire passablement différentes. Il faut le dire, c’est un choix entre une vision du développement de Sorel-Tracy qui n’a pas fonctionné depuis 8 ans et une autre qui s’appuie sur les fondamentaux de Sorel-Tracy : le fleuve, la rivière et un projet de développement économique porteur et original, la promenade des Filles du Roy.

 

Mais malgré toutes ces différences, il y a une constante dans le début des campagnes électorales de monsieur le maire sortant. En 2017 comme aujourd’hui, il nous la joue d’entrée de jeu dans le registre de la victimisation. Je sais, je ne suis pas psy ou un « logue » quelconque, mais… Pour celui qui cite dorénavant Confucius, celui-ci conseillerait de : « Se regarder scrupuleusement soi-même, ne regarder que discrètement les autres. »

Ainsi dans le SorelTracy magazine du 4 octobre 2017, au tout début de la campagne électorale de l’époque, la stratégie de la victimisation était déjà en marche : « Monsieur Péloquin affirme aussi vouloir faire une campagne électorale propre. J’ai avec moi une équipe qui souhaite travailler dans le respect. Mon travail est de vous représenter et d’amener vos projets à la table du conseil. Nous, on ne veut pas faire une campagne de bouette. On a un bilan tellement fort, tellement beau, tellement apprécié par les gens, on n’a pas besoin d’aller jouer dans la bouette pour attirer l’attention, de conclure le candidat qui dévoilera son programme électoral au cours de la semaine prochaine. » Source : Serge Péloquin souhaite une campagne propre. Confucius dirait : « Tout le plaisir d’un roi, c’est de n’être jamais contredit. »

 

Note : Monsieur le maire sortant n’a jamais dévoilé de programme électoral en 2017 ; une autre promesse rompue. De même, à ce jour, il n’a proposé aucun programme électoral aux citoyen(ne)s pour la suite des choses. Ainsi, Confucius dirait : « Celui qui ne réfléchit pas et n’établit pas son plan longtemps à l’avance trouvera les difficultés à sa porte. »

 

En ce sens, en ce 10 septembre 2021, notre maire sortant au bilan mince après 8 ans en poste, publiait une lettre ouverte de la même facture de victime qu’en 2017 : « Je n’ai pas l’intention de répliquer à ces nombreux propos irrespectueux ». Une lettre pleurnicharde que je vous invite à lire. On s’attend à mieux d’un premier magistrat d’une ville de 35 000 habitants, que des propos larmoyants et puérils. C’est l’heure de la joute électorale, parce que le système démocratique municipal au Québec est ainsi fait; il n’y a pas de limite de temps de 8 ans.

 

Je n’ai pas trouvé d’exemple de politicien ou de maire au Québec qui se comporte en victime de cette façon. Verrait-on Valérie Plante qui se fait varloper allègrement depuis au moins 12 mois sur la place publique, aller brailler ce traitement devant les citoyen(ne)s et les médias ? Non, elle est digne et fière de son bilan et l’affiche. Que dirait Régis Labeaume de notre maire victime ? Confucius dirait : « Le sage se demande à lui-même la cause de ses fautes, l’insensé le demande aux autres. »

 

Bref, il faut quand même rappeler que la victimisation est dans le style de leadership de monsieur le maire sortant. Combien de fois depuis 8 ans, seulement en public, n’a-t-il pas fait de crise contre quelqu’un ou un groupe ? Souvenons-nous en 2016 de la saga du Festival de la gibelotte avec Benoit Lefebvre ou de celle du Tour du carré avec Yves Allard ; de la sortie publique contre Laurent Cournoyer alors président du conseil d’administration de la Chambre de commerce ; celle grandiloquente contre Denis Boisvert, directeur général de la MRC Pierre-De Saurel ; contre les maires de la MRC Pierre-De Saurel. Et la dernière en date, contre les « Chialeux », ces citoyens qui osent prendre la parole publiquement et questionner monsieur le maire sortant (à ce propos, voir : Lettre à Serge Péloquin, maire de Saurel, 11 septembre 2020).

 

Je profite de l’occasion pour dénoncer une tendance néfaste qui s’impose actuellement sur les réseaux sociaux : celle de désigner à la dizaine comme mauvais sorelois, des citoyen(ne)s qui ne sont pas des fidèles du régime. Désoler messieurs-dames et tous les « trolls » cachés derrière une identité bidon, vous n’êtes pas Dieu. Ce n’est pas parce que certains se questionnent légitimement sur le fiasco de Statera ou l’utilité de Parc éolien Pierre-de-Saurel qu’ils sont de mauvais citoyens et qu’ils aiment moins leur ville. C’est un jeu dangereux et diviseur. Confucius dirait : « Je ne peux rien pour qui ne se pose pas de questions. »

 

Ce que j’attends de monsieur le maire sortant à partir de maintenant :

 

1. De la dignité. Qu’il cesse de se comporter en victime, cela renforce ma détermination.

 

2. Qu’il fasse un bilan exhaustif, public, honnête et transparent de ses 8 dernières années comme maire de Sorel-Tracy. Ce qui nous évitera comme citoyen de le faire. Quelles sont ses réalisations ? Pourquoi l’Indice de vitalité économique est-il en déclin depuis 2013 ? Quelle est la situation financière exacte de Statera, preuve documentaire à l’appui et disponible publiquement.

 

3. Qu’il nous dépose un programme électoral digne de ce nom qui adresse le Sorel-Tracy qu’il voit pour les 4 à 8 prochaines années. (Conseil : l’actuel Plan stratégique 2018-2022 de la ville de Sorel-Tracy n’est pas une base de travail robuste pour cet exercice).

 

Note : Vous pouvez déjà consulter ma Feuille de route (programme électoral) pour le renouveau et la renaissance de Sorel-Tracy en 65 engagements à : https://www.daneau2021.org/ y incluant une brochure concernant le projet porteur de la promenade des Filles du Roy à Sorel-Tracy.

 

4. « Je n’ai aucun problème à avoir un ou plusieurs adversaires politiques. Au contraire, c’est très sain pour notre démocratie et cela permet d’enrichir les discussions. » nous dit-il. Alors, qu’il vienne débattre publiquement avec le ou les candidats à la mairie de Sorel-Tracy, dans un débat public comme le veut la tradition. Le 26 octobre 2021 serait la date idéale.

 

Jocelyn Daneau, candidat à la mairie de Sorel-Tracy

Retour
MENU